RSS

Archives Mensuelles: mars 2014

La chambre d’Hannah, de Stéphane Bellat.

Cinquante ans séparent Pierre Descarrière, 11 ans en 1992, de Hannah, juive, 11 ans en 1942. Et pourtant le fantôme d’Hannah hante la chambre qui fut la sienne, occupée par Pierre. Jusqu’où le rêve est-il extensible ? Que se passe-t-il quand l’Histoire quitte les livres pour le roulis de la réalité ? Que faire si la mémoire connaît des blancs et que l’oubli s’y installe ? Ce roman étrange pose la question essentielle : à ne pas se souvenir du temps passé, comment aménager le temps présent ?

Alfred Eibel.

M.A Éditions, 255 p. 17, 90 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mars 26, 2014 dans Uncategorized

 

La Satire Foutre, Histoire de Clitandre et Phallusine de Maxence Caron.

 Histoire d’un couple moderne sous les oripeaux du soir. Langage du temps présent en alternance avec ces sauts de mots qui abolissent la sottise. S’y reconnaîtraient Théophile de Viau écrivant : « Les bonnes qualités ne sont plus de saison » ou Bussy-Rabutin. Pourquoi l’ennui secrète la culture, pourquoi le libertin se fixe à une femme franc-archer. Ce livre du type lettres aux aveugles est un livre très dégourdi, véhément, qui ne recule pas devant les turpitudes du genre.

Alfred Eibel

Les Belles Lettres, 156 p. 9 €.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 20, 2014 dans Uncategorized

 

Une Japonaise à Paris, de Roland Jaccard

Carte du Tendre à la japonaise, aux antipodes de Madeleine de Scudéry, proche de Georges amoureux. Keito « aimante son âme », c’est la grâce incarnée. Fascination réciproque. Comment entretenir la flamme. Non pas féérie pour une autre fois mais de l’instant présent ; thermomètre d’une passion qui varie selon le degré des pulsions du cœur. Livre roboratif, remède contre la déprime, loin de ce qui oblige, alors que la vie est belle.

 

Alfred Eibel

 

L’Editeur, 59 p., 12 €

Illustrations de Masako

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 20, 2014 dans Uncategorized

 

Livre de rentrée. Mini-choix de Valeurs : Brouillard, de Jean-Claude Pirotte.

Jean-Claude Pirotte, à ses débuts, avec une régularité de métronome, s’échappe de l’univers clos qu’est la société. La liberté est sinueuse, elle a un prix. Le narrateur de Brouillard, prisonnier du cancer, tente de reprendre la main sur son passé. Classer ses souvenirs. Faire paraître les petits faits quotidiens plus gros qu’ils ne sont, les filtrer, les charger de poésie, des bribes de vie happées au hasard.

Ses maladresses, ses mauvaises fréquentations, son mariage obscur, ses malaises, tout mérite d’être signalé dans ce tohu-bohu de souvenirs rassemblés à la sauvette. « C’est un bonheur de se procurer son propre étonnement ». La tâche du poète, se laisser surprendre, mettre au net les fractions d’épaves qui remontent à la surface. Pirotte évoque le « nouveau siècle qui déjà se démantibule ». Il est temps de sauver les livres qui l’inspirent.

 

Alfred Eibel

Le Cherche-Midi éditeur, 144 p. 13,50 €.

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 20, 2014 dans Uncategorized

 

Entre le meilleur des mondes et le dernier des mondes, Alix, jeune femme occupée à sa thèse sur la grande clarté du Moyen Âge, est en quête d’une monde où l’homme serait débarrassé de ses mensonges et de son m’as-tu-vu-isme. Elle rencontre Vincent, un homme conditionné par le rendement et le cynisme qui sera, parmi d’autres, un partenaire. Critique d’une société où la raison fait fi du cœur et de ses raisons, ce beau livre ambitieux se moque de ses personnages et de leurs mœurs, et de ceux qui œuvrent pour le bonheur de l’espèce humaine. C’est dans ce contexte qu’Alix se débat.

Alfred Eibel

Pierre-Guillaume de Roux éditeur, 301 p. 22,50 €.

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 20, 2014 dans Uncategorized

 

Romans d’espionnage de la Grande Guerre.

L’excellent François Rivière nous emmène chez des écrivains anglais qui se sont illustrés durant la Grande Guerre. Célèbre (Conan Doyle), inattendu (Rudyard Kipling) et une brochette de méconnus qui parlent de 14-18 comme s’ils y étaient. Des affaires tordues, la peur d’être démasqué, le sang froid devant un cadavre, un homme au pied contrefait qui sait aligner les morts, un train blindé véhiculant un personnage au début de la Révolution russe. La question se pose : un espion travaille-t-il pour le gouvernement qui l’a engagé ? Six romans qui excitent le plus vif intérêt.

 

Alfred Eibel

 

Bouquins, Robert Laffont,

Édition établie et présentée par François Rivière.

832 p., 30€.

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 11, 2014 dans Uncategorized

 

Ils étaient chouettes, les poissons rouges, d’André Vers

Revoir Paris chantait Trénet. André Vers (1924-2002) chante les années 50-60. Seize friandises exquises, le goût des mots qu’il enfile comme des perles, de l’humour en tapinois, des femmes, des hommes taquins, des retrouvailles, des séparations. Le bistrot refuge d’habitués cultivant la dalle en pente. La gourmandise de l’auteur est communicative. Le lecteur termine ce petit livre, sent remonter en lui la nostalgie, qui fait du bien par où ça passe.

 

Alfred Eibel

 

Finitude, 108 p., 12,50 €

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 11, 2014 dans Uncategorized