RSS

Archives Mensuelles: janvier 2014

Courrier de Berlin, de Matthias Zschokke

Combien d’écrivains sont immensément doués ? Ne sont-ils pas trop souvent des artisans de talent assez combinards pour faire accroire qu’ils sont des esprits supérieurs ? Comédien, dramaturge, cinéaste, écrivain, ces 800 pages de courriers électroniques adressés par Matthias Zschokke à un ami constituent un réservoir inépuisable de calamités, de voyages, de préjugés, et de doutes qui rendent moins lisible la carte du monde. Dans une société de bavards il n’y a pas un instant à perdre. Belle et longue navigation pour le lecteur.

 

Alfred Eibel

 

Zoé, 860 p., 35 €.

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 10, 2014 dans Uncategorized

 

Du second rayon au premier ou du premier au second ?

Raymond Carver envoya son premier recueil de nouvelles Beginners (en français Parlez-moi d’amour) à un éditeur qui pratiqua des coupes drastiques ce que l’auteur considéra comme une amputation. Cela étant, le recueil fut un triomphe à sa sortie en Amérique en 1981 et serait à l’origine de la sécheresse d’écriture très éloignée de ce que Carver avait conçu pour être édité. Et c’est ainsi, dit-on, que Carver appliqua pour ses recueils ultérieurs son style minimaliste. Vrai, faux, ou excessif, son cas pose la question : de combien d’écrivains réputés peut-on affirmer que leurs livres n’ont pas été révisés ? Néanmoins l’originalité d’une œuvre « réparée » n’en demeure pas moins unique. Carver se détache nettement de ces écrivains américains portés aux nues, autour desquels se groupent un quarteron d’inconditionnels. Dans son Panorama de la littérature contemporaine aux Etats-Unis, John Brawn réserve un chapitre aux « gens du métier » qui savent bâtir une histoire. Rompu à la plomberie littéraire, capables de camper des personnages vrais, ils n’ont pas la prétention de porter leurs lecteurs à des hauteurs irrespirables. Ces romans sont souvent supérieurs à certains romans «expérimentaux » aux prétentions intellectuelles, écrit John Brown. L’essentiel est de ne pas se laisser abuser par la prétendue ambition d’une œuvre. N’écartons pas d’un revers de main les édificateurs habiles. À chacun son rang. Il importe de ne pas se tromper de palier. C’est bien là que réside le problème de la « littérature ».

 

Alfred Eibel

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 4, 2014 dans Uncategorized