RSS

Archives Mensuelles: avril 2014

Un garçon disparaît, de François Rivière

Les amateurs de romans anglais de la grande époque et ceux de Pierre Véry vont se régaler avec ce roman où des adolescents aux prises avec une enseignante, au relief accentué, encaissent mal la disparition d’un des leurs et celle de l’enseignante. Par chance, un journaliste à la retraite va démêler l’écheveau de cette histoire baignant dans l’insolite, le mystère et le drame.

Alfred Eibel
Rivages,
247 p. 20 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le avril 28, 2014 dans Uncategorized

 

L’adieu aux Rois, Paris janvier 1794, de Valère Staraselski

Le samedi 4 janvier 1794, dans l’après-midi, trois compères rêvent d’effacer les vestiges de la royauté, détruire jusqu’au souvenir des rois de France. Ils font appel à Ferdinand Gautier, fervent catholique, royaliste convaincu et témoin oculaire des profanateurs. Valère Staraselski réveille, dans ce roman-constat, la mémoire. Comment les cercueils furent ouverts, comment les effigies en marbre des époux royaux furent pulvérisées. Lebrun chantait : «  Purgeons le sol des patriotes / Par les rois encore infecté ». Robespierre, d’une intransigeance hautaine, écrivait : « Le roi est inviolable par une fiction ; les peuples le sont par le droit sacré de la nature ». Les trois compères écoutent. Comment une couronne et un sceptre furent trouvés dans un tombeau ; des visages aux traits à peine altérés ; des cercueils vidés de leur contenu ; parfois on découvre des corps presque intacts ou en décomposition, ou en putréfaction liquide tel le corps de Marie de Médicis avec ses cheveux. Une fonderie avait été installée sur place pour les cercueils de plomb. Gautier note tout dans les moindres détails. Le personnage de Robespierre apparaît ici mesuré, honnête, indulgent, animé par la passion du devoir et par-dessus le marché, incorruptible, ce qui ne plaît pas à tout le monde. On murmurait : le voici d’une probité révoltante ! Robespierre a encore le temps de dire : «  je suis fait pour combattre le crime non pour le gouverner ». Neuf jours de cauchemar cernés avec efficacité par Valère Staraselski.

Alfred Eibel
Le Cherche-Midi Éditeur
232 p. 16 €.

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 15, 2014 dans Uncategorized