RSS

20 Mar

Entre le meilleur des mondes et le dernier des mondes, Alix, jeune femme occupée à sa thèse sur la grande clarté du Moyen Âge, est en quête d’une monde où l’homme serait débarrassé de ses mensonges et de son m’as-tu-vu-isme. Elle rencontre Vincent, un homme conditionné par le rendement et le cynisme qui sera, parmi d’autres, un partenaire. Critique d’une société où la raison fait fi du cœur et de ses raisons, ce beau livre ambitieux se moque de ses personnages et de leurs mœurs, et de ceux qui œuvrent pour le bonheur de l’espèce humaine. C’est dans ce contexte qu’Alix se débat.

Alfred Eibel

Pierre-Guillaume de Roux éditeur, 301 p. 22,50 €.

 

 

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mars 20, 2014 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :