RSS

Les gens de La Clairière, de Régis Rivald

03 Mai

S’agit-il d’un structuralisme littéraire ? En tout cas la distance que s’impose l’auteur, les journées dont il rend compte, forment une suite de constats obligeant le lecteur à prendre acte, à entrer dans le roman en intrus. Départ d’une famille en vacances à La Clairière, une maison de campagne isolée dans la forêt. Pour les enfants, La Clairière est un terrain de jeux. La végétation est une surface limitée par une circonférence. Au fur et à mesure que les jours passent, les choses, les affaires, les antagonismes se font jour. Autres lieux, autres mœurs. « À force de silence extérieur, on entend les bruits internes de la terre ». Une terre qui se sent dérangée. Les vacanciers se tournent vers une existence supposée première. Ils se sentent sans frein, en désir, en cruauté, en vertige. Ils n’arrivent pas à percer ce qui ressort à des rites liés à la nature. Des doutes surgissent, une nostalgie imprécise s’insère dans les esprits des vacanciers. On les dirait débarqués sur une île déserte. Le subconscient fait des siennes. L’imagination se débonde. Une idée apparaît et disparaît pour laisser place à une nouvelle improvisation. Orages, perturbations, atmosphère violente, un monde réinventé se substitue au monde habituel des vacanciers. « La soudaineté toujours là / Depuis l’immémorial oubli/ Pas plus que le contact de l’air », écrit Christian Bachelin. Le ciel développe chaleur et d’étranges clignotements. Toute cette histoire a l’aspect d’un conte. Et c’est la raison pour laquelle le livre, comme tombé du ciel en 1971, enflamme le lecteur comme une lumière vive qui s’échappe du sein des nuages. Et par on ne sait quel tour de passe-passe fait disparaître par la même occasion l’auteur poussé on ne sait comment dans l’oubli.

 

Alfred Eibel.

Préface d’Éric Dussert

Buchet-Chastel, 205 p. 15 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mai 3, 2019 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :