RSS

« Karl Kraus… Il ne suffit pas de lire » (Préfacé par Alfred Eibel)

12 Mar

Par Françoise Monfort

L’un, Karl Kraus, est décédé en 1936 à Vienne où il aura passé quasiment toute sa vie. L’autre, Alfred Eibel, y est né en 1932. Ils se sont peut-être croisés dans cette ville qui n’était plus capitale d’un empire, ni bientôt capitale d’elle-même. Une circonstance que Kraus n’aura donc pas connue mais pressentie bien avant ses compatriotes. Déjà, dans La Troisième nuit de Walpurgis publiée après la prise de pouvoir d’Hitler, il s’en était pris à la manipulation de masse, aux journalistes soumis aux politiciens, à la corruption en général et à celle de la langue en particulier. Les plumitifs, les artistes, la bourgeoisie, les industriels, la psychanalyse qu’il a d’abord soutenue et son cortège de spécialités, les femmes, ou plutôt une certaine catégorie de femmes comme Alfred Eibel l’écrit dans sa préface… Tout le monde en prend pour son grade dans cette compilation d’aphorismes publiés « en fonction d’un public français » et dans le désordre.

Quelques perles :

« Le psychologue n’est rien d’autre qu’un autocar accompagnant un dirigeable ».

« L’injustice est nécessaire. Sinon, on n’arrive jamais au bout ».

« Le bourgeois ne tolère pas, dans sa propre maison, ce qui lui paraît inintelligible ».

« L’homme qui s’imagine avoir comblé une femme n’est qu’un bouche-trou ».

« La jalousie est une forme d’aboiement qui attire les voleurs ».

« L’Église a l’estomac solide. Néanmoins, il serait bon, de temps en temps, qu’elle subisse un bon lavement ».

« Le nationalisme est un bouillon dans lequel s’enlise la moindre pensée ».

« La culture s’éteint lorsque les barbares s’en emparent »…

Sa clairvoyance parfois vacharde et son mordant pourraient manquer à notre ploutocratie vendeuse de vivre ensemble au rabais. Karl Kraus, lui, ne craignait pas d’afficher sa misanthropie et de pourfendre les mensonges du national-socialisme, les faux-semblants, la vulgarité, l’inconscience et la lâcheté des béni-oui-oui. Chaque aphorisme croque ses contemporains viennois avec la précision cruelle d’une caricature de Daumier pour nous livrer l’instantané d’une ville qui paiera cher son aveuglement à l’heure du crépuscule des dieux. Prophétique et salutaire.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mars 12, 2019 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :