RSS

La mer en face, de Vladimir de Gmeline

25 Fév

Philippe, scénariste de cinquante ans, est pris entre trois feux. Ses histoires de femmes (Charlotte, Léa) contribuent à une forme d’instabilité psychologique concernant les solutions à apporter à sa vie. Philippe a « l’art consommé de se mettre dans des situations compliquées ». Il décide de revoir l’Allemagne de son enfance ; il décide d’en savoir plus sur son oncle autrefois embrigadé dans la Waffen SS hanté qu’est Philippe par la « Shoa par balles ». Il veut ensuite rejoindre son fils Ivan, sportif accompli, à Montréal. L’Allemagne a changé. Les questions posées à ceux qui ont connu son oncle sont soit évasives, soit volontairement silencieuses. Comment devient-on un monstre ? La réponse ne figure dans aucun dictionnaire. Dépossédé de ses nombreuses interrogations, dépossédé en quelque sorte de réponses valables. Enfin, Philippe veut créer un lien plus étroit avec son fils. Remuer des souvenirs sert à remuer de la tourbe. Ce roman est une confrontation permanente entre un passé perdu et un présent à visage découvert. De quelque côté que se tourne Philippe, il se retrouve face à un mur, face à une imagination immuable. Le lecteur est entraîné par La mer en face dans une sarabande infernale écrite avec vigueur.

Alfred Eibel.

Éditions du Rocher, 420 p. 19,90 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le février 25, 2019 dans Uncategorized

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :