RSS

Jacques Schmitt : Poésies, Sonnets prosaïques, Délices de Vauban, La fille de la nuit

13 Mai

Le poète monte en chaire, dit que ce qui est écrit ne peut être réduit. Chaque mot est un regard, chaque mot est une prescription, chaque mot est une interrogation qui vaut parfois une certitude. Le lecteur sent les vers le poursuivre. « Tout est à sa place quand tout est bien ». Émerveillons-nous en silence. Lire et redire, voilà qui anime le poète qui puise aux sources de la poésie française. Il a de l’éloquence : « que le tournesol en flèche décoche sa flamme ! ». La main lui permet une ironie foudroyante. Pourquoi avons-nous découvert ce poète si tardivement ?

 

Alfred Eibel.

Éditions : Aux dépens de Claude Schmitt, 32 rue de la Mathe de Bec – 40140 – Souston. arasole@orange.fr

 

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le mai 13, 2018 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Jacques Schmitt : Poésies, Sonnets prosaïques, Délices de Vauban, La fille de la nuit

  1. Claude SCHMITT

    mai 14, 2018 at 9:04

    Cher Fred,
    On ne peut mieux dire.
    Merci pour les « Poésies » de Jacques.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :