RSS

My favorite things 2015 (Alfred Eibel)

03 Déc

L’enfant du bonheur et autres proses pour Berlin, de Robert Walser.

« L’écrivain écrit sur ce qu’il éprouve, entend, voit, ou sur ce qui lui vient à l’esprit. Il est d’ordinaire en but à une quantité de pensées mesquines dont il ne peut rien faire du tout, ce qui souvent le désespère. D’un autre côté, il aurait parfois en tête une foule de choses utilisables, mais il lui arrive de laisser ses propres capitaux en friche pendant des années […] »

Éditions Zoé, 304 p. 21,50 €.
*
Boulevard Saint-Germain, de Gabriel Matzneff.

« À l’époque où Jacques Perret habitait rue de l’Ancienne-Comédie, nous allions souvent boire un punch à La Rhumerie. Je n’ai jamais compris qu’il eût quitté cette rue si amusante pour la rue Buffon une des plus lugubres de la rive gauche ».

La table Ronde/ La Petite Vermillon, 209 p. 8,70 €.
*
Greffe mortelle, de Marc Agapit.

« J’étais en train de rêver que mes ennemis me crevaient les yeux et qu’un savant, pour me rendre la vue, ne trouvait rien de mieux que de greffer ma cervelle sur un corps de singe. Après l’opération, je me regardais dans une glace, et puis je me pendais à un arbre ».

Édition présentée par le romancier Philippe Vasset, Éditions Mille et une Nuits, 172 p. 4,50 €.
*
Portugal et Afrique Pacifique. Une bibliographie internationale critique (2005-2015), de René Pélissier.

Cette bibliographie commentée constitue un guide de lectures consacré à la plupart des livres récents parus sur les 8 pays issus de la décolonisation portugaise et espagnole en Afrique ainsi qu’en Océanie.

Éditions René Pélissier, Montamets, 78630 – Orgeval, 562 p. 52 €.
*
Dans le sillage du météore désinvolte, Lettres de guerre 1915-1918, de Jacques Vaché (1895-1919).

« Ma grande ambition actuelle serait quelques jours au bord de la mer, simplement – du sable très blanc, une mer outremer, et un ciel éblouissant, avec, un peu loin, les bribes d’un orchestre assoiffé de bocks ruisselants : car j’aime les endroits civilisés ».

Point/Seuil, 202 p.7,30 €.
*
Blaise Cendrars- Raymone Duchâteau : Correspondance 1937 – 1954.

Une correspondance de dix-sept ans, un amour platonique avec cette comédienne sans grand talent que Cendrars finira par épouser en 1949. Ses lettres pleines d’attention, d’humour, de cocasseries. On découvre un écrivain qui a le sens du portrait. « Écrire, c’est brûler vif, mais c’est aussi renaître de ses cendres » écrivait Blaise Cendrars.

Éditions Zoé, 590 p. 31 €.
*
Dictionnaire chic de la littérature française, de Christian Authier.

Trente ans de lectures vagabondes pour aboutir à ce dictionnaire subjectif destiné non pas aux lecteurs salariés mais aux passionnés de littérature. Ce qui est chose faite. Ce dictionnaire entend saluer des écrivains en devenir. Une ribambelle de noms peu célèbres dont il faut retenir, par exemple, celui de Frédéric Berthet.

Éditions Écriture, 288 p. 22 €.

*
Harmonium, de Wallace Stevens (1879 – 1955).

Précurseur majeur de la poésie moderne américaine. Rendre acceptable ce qu’on est en train de vivre. « La lumière est comme une araignée/ Elle se faufile sur l’eau/ Se faufile sur les bords de la neige/ Elle se faufile sous vos paupières/ Et là, déploie ses toiles – ses deux toiles ».

Points/Seuil, 352 p. 8,10 €.
*

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 3, 2015 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :