RSS

Le reste sans changement, d’André Blanchard

06 Nov

Vivant depuis de nombreuses années à Vesoul, ange gardien dans une galerie, André Blanchard (1951-2014) a conservé la distance nécessaire dans ses jugements sur la littérature dans une dizaine de carnets publiés. Le dernier, Le reste sans changement, raconte ses lectures. Pour Blanchard, Zola se répète, raconte Barrès et son chien, Philippe Muray se perd dans des phrases trop longues. Lecteur assidu de la Correspondance de Flaubert, il admire par ailleurs Richard Millet et ignore Annie Ernaux. Il se retrouve dans Balzac, déplore ce qu’il appelle la « littérature élimée » si prisée de nos jours. À Régis Debray il reproche sa manière de dire une chose qui fait penser à une autre. Léautaud est un de ses auteurs de chevet. Blanchard constate que les dits grands écrivains sont capables de sortir des énormités, d’être obscurs et de se contredire, se perdant dans le second degré. Écrivain caustique, sourcilleux quant à la grammaire, il examine et décrit toutes les parties d’un écrivain pour mieux le piquer au vif. Lui-même, disons-le franchement, n’est pas exempt de préciosités. Blanchard note que Jean-Louis Curtis relève à propos de livres dits exemplaires, qu’ils « ne sont plus intelligibles à la majorité de nos contemporains ». Qui le contredirait, écrit Blanchard. C’est le lot à toute époque, de l’écrivain : se dire que tout fout le camp, et passer outre.

Alfred Eibel

Le Dilettante

192 p. 18 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 6, 2015 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :