RSS

Je suis fait ainsi, de Jack London

10 Oct

Ne demandez pas à Jack London (1876-1916) de s’apitoyer sur son sort. Qu’il s’adresse à Bess sa première femme ou à sa fille Joan, il fait preuve de pragmatisme. Vivant dans une instabilité financière permanente, il dénonce les mensonges de Bess qui lui réclame de l’argent. Il lui met le nez dans ses comptes, explique qu’être bonne poire a des limites. À sa fille Joan, à peine la connaît-il, il prodigue ses plus secrets conseils. C’est l’homme qui roule et qui tangue, qui ne perd pied en aucune façon. Il paie ses dettes, gagne sa vie, cette vie qui nourrit son œuvre. Il est dans l’urgence. Ses « mots sont des outils, comme des couteaux affutés ». Pas gendelettre pour un sou il ne fait pas le paon pour faire style, travaille comme un beau diable, accablé de tâches qu’il s’impose le plus souvent. La bohème sans mon cœur, c’est lui tout craché, luttant pour la justice contre l’indéfendable, pratiquant le constat. Les états d’âme c’est pour les écrivains assis. Il n’y a chez lui ni romantisme, ni sentiments échevelés. Il pense qu’on ne peut être amoureux qu’une seule fois dans son existence. Il se dit philosophe, persuadé que les menteurs sont des poltrons qui s’imposent le silence. Avec Jack London on est dans la bourrasque, quelque part en haute mer, le vent en poupe, la fraîcheur de l’air au visage, loin encore du bureau des assassinats.

Alfred Eibel

Finitude, 125 p. 13 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 10, 2014 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :