RSS

Ange Bastiani : Le bréviaire du crime. Comment supprimer son prochain à moindre risque.

26 Fév

Comment se débarrasser d’un gêneur. Pour y parvenir suivre les préceptes de Maurice Raphaël, vanté par André Breton et Raymond Guérin, sous le pseudonyme d’Ange Bastiani (1918-1977). Il offre la possibilité de se débarrasser d’un rival, d’un concurrent, d’un maître chanteur ou, pourquoi pas, d’un membre de la famille. On sait qu’un bréviaire est le livre de l’office divin ; dans le cas présent, c’est un livre de devoir estourbir un témoin. Ce bréviaire ne renferme pas de formules de prières. Avant de formuler le geste fatal préparé avec minutie, ne rien laisser dans l’ombre, surtout prier pour ne pas être pris. Meilleur écrivain que les spécialistes de l’argot, doté d’un incontestable talent d’écrivain, méconnu parce que voyou sur les bords, Ange Bastiani fut un collabo, un homme de combines obscures, réfractaire aux ordres, prêt à lâcher du lest pour parvenir à ses fins. Sa vie chaotique devient un terreau fertile. Il prévient : « Attention aux confettis et aux balles perdues ». D’où une œuvre variée, inspirée, parfois bâclée, néanmoins aux envolées de pages formidables. Cet homme est digne de figurer aux côtés de Léo Malet, d’André Héléna, d’Auguste Le Breton, d’Albert Simonin.

Alfred Eibel

L’Arbre Vengeur, 443 p., 23€.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le février 26, 2014 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :