RSS

En feuilletant, en survolant, 12

01 Juin

 

Heureux événement. La réédition aux Éditions Xenia de La France de Michel Audiard par notre ami Alain Paucard qui, à son habitude, n’a pas la langue dans sa poche. Il ne s’aligne pas ; il sort du rang quand les idées sont à la queue leu-leu. « Que reste-t-il de la nation quatorzième aujourd’hui ? Son peuple, depuis la fin des années soixante, a subi la rénovation immobilière et sa spéculation. Véritable réfugié politique, il s’est souvent expatrié en banlieue, personne déplacée ». Où sont passés les Parisiens « fraternels et charmeurs » ?

 

͌

Si vous aimez Clément Marot, Théophile de Viau, vous ne résisterez pas au Chant du Malappris de Sylvoisal, un homme des quatre cents coups qui trouve Dieu dans le péché, qui inscrit dans sa préface ces deux phrases : «  Un peuple qui n’a plus vocation messianique, missionnaire et colonisatrice n’est plus un peuple. Un peuple qui cesse d’être un peuple de poètes et de saints devient un peuple de politiciens et de marchands ».

Sylvoisal prévient : « Mes poèmes ont la prétention d’être compréhensibles ». Voilà ce qu’on peut lire dans ce recueil de 366 pages à L’Âge d’Homme, 27 € : « La femme il me la faut/ comme le roi à l’échafaud/comme le blé à la faucille/comme le garçon à la fille ». N’hésitez par à ouvrir ce missel, livre d’impiété à l’usage de ceux qui ne s’en laissent pas conter, qui contient tout ce qu’il faut savoir de la vie. Un livre destiné à être lu pendant les sermons qui nous égarent.

 

 

« Quelques crimes toujours précèdent les grands crimes… / Ainsi que la vertu, le crime a ses degrés » (vers de Racine, Phèdre, IV, 2). À quel degré appartient le délit de Le Crime de Jacques Sommer, à paraître cet automne chez Pierre-Guillaume de Roux, éditeur ? Au lecteur de juger.

 

 

L’Islam, l’Occident et l’avenir d’Arnold J. Toynbee, Éditions des Malassis, 62 p. 9 €. Extrait de l’argumentation jointe au livre : « En 1947, Arnold J. Toynbee met au jour les effets de choc d’une civilisation sur une autre, le choc de la civilisation occidentale sur le monde islamique (islamistan, selon le lexique des experts de la CIA). En réaction, le monde musulman se scinde en deux fractions : les zélotes et les hérodiens, ce que les médias appellent « islamistes » et « modérés ». Ce que Toynbee décrivait et analysait, dans ce court texte, il y a plus de soixante ans, apparaît à l’œuvre aujourd’hui.

 

« Dans sa stratégie d’occupation de l’espace africain, la Chine n’ignore pas que, s’agissant de concurrence, les réalités de l’après guerre froide ont obligé les pays occidentaux à revoir leurs stratégies géopolitiques ». Le jaune et le noir. Enquête historique, de Tidiane N’Daye. Collection Continents noirs, Gallimard, 180 p. 18,50 €.

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le juin 1, 2013 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :