RSS

Bérénice 34-44, d’Isabelle Stibbe

09 Jan

Un premier roman. Itinéraire d’un couple de juifs de Russie installé à Paris. Maurice est fourreur. Son obsession, porter un nom typiquement français, être juif heureux en France, avoir un enfant. Ce fut une fille, et, par ces rencontres que le hasard affectionne, c’est à Racine que le prénom Bérénice fut emprunté. Le choix d’un prénom détermine-t-il l’avenir de celle qui le porte ? Doté d’un talent proche des grands feuilletonistes, Isabelle Stibbe entraîne le lecteur et ne le lâche plus. Avec elle nous participons à la première guerre mondiale, au traité de Versailles, au Front Populaire. En grandissant, Bérénice ne perd pas le nord. L’envie de monter sur les planches la tient et cette envie ne cesse de s’intensifier. Son père ne veut rien entendre. Grondements, intimidations, menaces, rien n’y fait. Ingénieuse, Isabelle Stibbe met la pression menant le lecteur d’une pomme de discorde à de multiples tiraillements. On se demande si Bérénice ne s’est pas trompée de vocation. Pour ne pas déclarer forfait elle a besoin d’un complice. Elle le trouve en la personne de Colette, amie et voisine, avec qui elle échafaude un plan qui devrait convaincre son père. Si elle échoue au concours d’admission de Conservatoire national de musique et de déclamation, on comprendra qu’elle fait fausse route. Le redoutable Louis Jouvet qui, s’il a découragé plus d’une vocation, a su promouvoir quelques talents. Bérénice perd pied, se ressaisit, fait la connaissance d’une dame de belle lignée, Madame de Lignières, qui vole à son secours. Les années passent, l’antisémitisme fait son apparition, l’Allemagne fait entendre le bruit de ses bottes. C’est le début des interpellations, des arrestations, des internements. Bérénice vit dans la crainte que l’on découvre son vrai nom. On espère une issue pour Bérénice. Rien n’est moins sûr. Avec une logique implacable Isabelle Stibbe aura raison du lecteur. N’oublions pas que Bérénice de Jean Racine est une tragédie.

 

Alfred Eibel

Serge Safran éditeur, 315 p., 18 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 9, 2013 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :