RSS

L’île aux sarcasmes, de Pierre Drachline

17 Nov

Pierre Drachline se fait l’avocat du diable. Il cerne l’amante réfugiée dans une maison isolée sur une île de l’Atlantique. Il la révèle, il l’exhibe, il en fait une attraction, un diorama. Qui est-elle pour que le narrateur la désaffuble avec constance ? Une femme incernable, grande gueule, une révoltée. Elle entretient la flamme de la femme inconnue qu’elle est fière d’être. Elle est une inspiratrice, une muse de la démobilisation, une ombre portée comme dans un tableau de Chirico ; Une femme à l’écart du siècle qui fascine le narrateur par ses foucades, par l’acharnement qu’elle met à demeurer insociable. Cette sentinelle des contraintes tient tête aux gens qui l’approchent. La mobilité de l’une affronte l’immobilité de son interlocuteur : une instable face à un inbasculable. André Breton écrivait à propos de l’écriture de Benjamin Peret qu’elle correspond à une « sublimation » alchimique qui consiste à provoquer « l’ascension du subtil » par sa séparation avec « l’épais ». Cette constatation répond au travail de Pierre Drachline qui au demeurant appartient à la catégorie de ces moralistes indispensables par les temps qui courent, revigorant, parce qu’avec esprit de suite, Drachline se fait le chantre du découragement progressif. Seul le découragement permet de mettre à jour les vocations. Notamment celles qui portent en eux l’envie de vivre délivré de toutes les attaches. On retiendra en guise d’épilogue cette citation du baron d’Holbach : « De tous les arts, le plus difficile est celui de ramper ».

Alfred Eibel

Pascal Galodé éditeurs, 182 p., 20 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 17, 2012 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :