RSS

Juste un baiser, de Denis Tillinac

07 Nov

Dix huit nouvelles qui nous font souvenir des trente glorieuses. De par leur ton, leur vitesse. On passe des rapports, aux raccords, entre hommes et femmes ; des désaccords en accords, dans un climat de légèreté. Les hommes, flegmatiques, ne ratent pas une occasion pour séduire, face à des femmes directives, rapides. Les battements de cœur s’accélèrent, l’homme pressé et grand voyageur rencontre la femme prompt à s’éclipser. D’une nouvelle à l’autre se nouent des amours de comète, des regards, un geste, des serrements de cœurs et de corps, des étreintes, des bisous convergeant jusqu’aux baisers. On ne conclut pas, on savoure les prémices. On engrange des souvenirs qui, en surimpression, en éveillent d’autres. Des liaisons inaccomplies galopent à travers ces nouvelles tandis que les reflets d’une réalité fantasmée occultent la plus élémentaire réalité. C’est bien là que gît le charme de ces histoires portées par des raccourcis inattendus. Brèves rencontres, brèves fréquentations. On baigne dans ces jours heureux qu’évoquait un jour Jünger. Ce qui n’exclut ni le crime, ni le viol, ni même l’esclave parmi ces corps tranquilles. Un romantisme tempère les départs L’art, dans les relations intimes est là pour assaisonner le désir. Les vacheries complètent les jeux amoureux. Rajoutons les traits d’esprits, la répartie immédiate, de la dignité et de la décence. L’écriture de Tillinac réussit à ranimer les braises, pour notre plus grand contentement.

Alfred Eibel

Editions Guena-Barley, 170 p., 17 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 7, 2012 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :