RSS

Tais-toi et meurs, d’Alain Mabanckou

10 Sep

Écrivain né au Congo Alain Mabanckou couvert de prix, Prix Renaudot 2006, s’attaque au roman noir avec des Africains à Paris, vieux congolais venus en France fin des années 60. Dernier arrivé de Brazzaville Julien Makambo, devenu Julien Montfort, grâce à un tour de passe-passe de sa communauté et à Pedro qui l’initie à la singularité d’être parisien. Roman réaliste aux situations baroques, aussi spectateur de Paris que Joseph Conrad le fut de la nature. Le lecteur franchit le seuil d’un monde où le système D est érigé en exemple. Chèques volés, falsifiés, papiers d’identités bidons, actes de naissance, permis de conduire fabriqués, revente de tickets de métro. On fait son beurre comme on peut. On est pape de la sape lorsqu’on porte de chemise Yves Saint-Laurent et chausse des Weston. Passe-droit, pistons trucs et tuyaux n’ont plus de secrets pour José. Il est sur la bonne voie. Il sait que la faune c’est les Blancs. Entre Africains règne le respect et les codes. En substance, dresser l’oreille, baster, bouche cousue, loyauté, vertus qui appellent un titre de noblesse. C’est pas sans risque d’être Noir à Paris. José sait que lors d’une cavale, aux heures de pointe, le métro est noir de monde et d’Africains. La défenestration d’une jeune femme un vendredi 13, accable José. Écrivant en prison appelée autrefois « Fresne-Prison, fin de rêve, Fresne-la-Belle, prison modèle ». Le cauchemar le submerge et va montrer son vrai visage.

Alfred Eibel

Editions La Branche, collection Vendredi 13, 220 p., 15 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 10, 2012 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :