RSS

L’oubli, la trace, de Jacques Sommer

14 Mar

Parfois après un orage, une tourmente, un coup de chien, rivages et forêts se présentent sous un jour ignoré. L’ouragan a modifié le paysage. Éclats, fragments, débris font leurs apparition, se chevauchent ou se dressent vers le ciel. Jacques Sommer a de quoi nourrir son inspiration : il découvre « le mystère des choses elles-mêmes abandonnées ». Il voit dans le désordre une nouvelle réalité : des reflets, des étreintes, des portes qui s’ouvrent. Il règle son désir, tend un voile bleu pour saisir les contours dans leur infinie délicatesse. Renaît ce qui est ruine. La mémoire se met en marche, suscite des rêves « pour que rien ne finisse et que tout recommence ». Le poète Armand Guibert parlait « d’enfants de son silence ». On en dira autant de Jacques Sommer, de la magie des mots, de la « flamme haute des bougies », des pierres, de la neige, de ce qui porte l’écrivain vers l’enchantement jusqu’à l’extase. Les fractures du temps, le silence des abîmes, poussent Jacques Sommer à saisir l’expression forte. Il apprend à neuf le monde clair et ses trésors. De ce qui est désaffecté, délaissé, quand le traverse un frémissement invisible ; quand il s’incorpore en quelque sorte à la vie végétale. Il discerne les feux d’un navire fantôme, éprouve la houle des marées océanes. A son propos citons ce vers de Racine : « de mes feux mal éteins, je reconnus la trace ». Jacques Sommer nous fait pénétrer dans un monde poétique. Les empreintes, les vestiges y acquièrent une nouvelle jeunesse. « L’ignorée splendeur du monde » nous apparaît enfin.

Alfred Eibel

Éditions Alexipharmaque, 115 p., 18 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mars 14, 2012 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :