RSS

Aphorismes. Dires et contre-dires, de Karl Kraus

17 Nov

S’il y en a un qui n’a jamais pu encaisser les journalistes c’est bien l’écrivain autrichien Karl Kraus (1874-1936). Dès 1899, il fonde la revue Die Fackel (Le Flambeau) qu’il animera jusqu’à la fin de ses jours. La tête dans les étoiles, les pieds sur terre, marchant à pas comptés, le cœur en souffrance, Karl Kraus s’afflige du chemin emprunté par l’humanité. Il s’attaque à la dépravation du langage. Ce qu’on appelle pompeusement la culture n’est pas non plus sa tasse de thé. L’érudition trouve toujours place dans les têtes creuses. La littérature de bon goût l’écœure. La politique sociale à ses yeux est une décision désespérée qui consiste à opérer un cancéreux d’un cor au pied. Il est hanté par la lâcheté des dirigeants, l’abaissement de l’esprit, la veulerie de la presse ; par le parlementarisme qui est l’encasernement de la prostitution politique. Il prophétise que la publicité va submerger le monde et le rendre encore plus balourd. Il affirme que l’école n’est pas là pour accumuler un savoir pratique. Il dénonce la multiplication des scandales, la corruption de l’ensemble des systèmes. Sarcastique, incisif, iconoclaste, satiriste impénitent il est à n’en pas douter le produit et le révélateur de la civilisation austro-hongroise. Il prétend que la société a besoin de femmes qui ont mauvais caractère. On songe en le lisant à ce que Julien Benda écrivait à la fin de sa vie dans Mémoires d’infra-tombe : « Mes contemporains ne sauront jamais à quel point je les aurai méprisés ».

Alfred Eibel

Bibliothèque Rivages, 209 p., 18,50 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 17, 2011 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :