RSS

Un libraire en colère, d’Emmanuel Delhomme

27 Mai

Cela fait quarante ans qu’on entend geindre les libraires. Raréfaction des lecteurs, difficultés à boucler les fins de mois. Le grand libraire que fut Max-Philippe Delatte a été obligé de quitter sa belle librairie rue de la Pompe pour une surface plus modeste rue Gustave Courbet. La librairie est un commerce, comme l’édition. Il ne peut y avoir de bon samaritain quand on sait que la vente des livres a encore chuté de 30%. Cher monsieur Delhomme, inutile de vous mettre en colère la galaxie Gutenberg est sérieusement en danger. Lire était une aventure personnelle , un privilège, une manière d’avoir prise sur le monde. Ce n’est plus le cas. On peut se passer de livres sans passer pour un idiot. Croyez-vous sincèrement, cher monsieur Delhomme, qu’un lecteur peut encore connaître des joies inoubliables ? Ceux qui ont beaucoup lu lisent moins, ou plus du tout, et ne s’en portent pas plus mal. Votre courroux, cher monsieur Delhomme est respectable même si vos arguments restent parfois vagues. Il faut se faire une raison, une hirondelle ne fait pas le printemps.

Alfred Eibel

L’Editeur, 93 p., 11 €.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mai 27, 2011 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :