RSS

Le voyage du poète à Paris, de Serge Safran

09 Avr

A l’époque où Keith Jarrett faisait pétrir, piler, les standards américains, Philippe, poète dans l’âme, quittait l’Ariège, sa copine Sandra, pour la capitale. Il n’est de bon poète qu’à Paris. La rupture avec son passé l’engage dans l’incertitude du lendemain, la solitude, l’angoisse, un ensemble de malaises qu’il va devoir affronter. Il prend appui sur la littérature, sur les petites nécessités du jour ; il craint de perdre l’éclat de sa jeunesse, la fraicheur de Sandra. Il entame une correspondance passionnée avec sa jeune écolière qui lui répond en amoureuse. Ecrit dans une langue épurée le livre de Serge Safran est à placer sur le rayon à côté de Point de lendemain de Vivant Denon. Avec en supplément l’attente, l’oubli, les hésitations, les interrogations successives, la mélancolie qui l’étreint, Philippe se découvre le fils d’Amiel et de Constant, ces écrivains que Drieu appelait les « explorateurs de la marge ». Ecrire, attendre à Paris que la plénitude d’une vocation se réalise ; qu’elle soit nourrie par un amour indéfectible. C’est le rêve de Philippe qui a besoin de tendresse pour oublier ses scrupules, sa fébrilité, craignant que l’affection que lui porte Sandra ne faiblisse. Si plaisir d’amour ne dure qu’un instant, ce récit nous fait endosser une seconde jeunesse.

Alfred Eibel

Editions Léo Scheer, 162 p., 17 €.

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le avril 9, 2011 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :