RSS

Les sirènes d’Alexandrie, de François Weerts

18 Fév

Antoine est un journaliste spécialisé dans les faits divers. Il travaille pour un journal bruxellois. La Belgique connait en 1984 bien des soucis. Fermetures d’usines, blocage des salaires, chômage. Bref, désolation sociale et suicides. Pas pour tout le monde. La nuit bruxelloise brille sous les néons des vitrines. Des filles s’y exposent, s’y trémoussent en petite tenue. La police découvre à proximité des voies de chemins de fer le corps déchiqueté d’une femme qui s’était menottée aux rails. Est-ce un suicide ? Qui est cette femme ? On découvre qu’il s’agit d’une prostituée travaillant pour un claque appelé Alexandrie. Passionné par cette affaire Antoine ira d’étonnements en révélations. La police est-elle à la hauteur de l’évènement ? Pourquoi le caïd des proxénètes enlève-t-il Antoine ? Pourquoi les nazillons hostiles aux étrangers, nostalgiques de Léon Degrelle, ont-ils saccagés l’Alexandrie qui rappelle le One two two des joyeux lurons du temps de la collaboration ? Pourquoi tant de haine ? Ces gens-là sont-ils à la recherche de documents compromettants ? Nouvelle tuile pour Antoine. Son grand père décédé vient de lui léguer par testament l’Alexandrie, lupanar accueillant à qui respecte les codes. C’est un Bruxelles inattendu que dépeint François Weerts avec un pointillisme d’historien. Il nous entraine dans un monde nimbé d’une poésie trouble. Promeneur solitaire, Antoine tâtonne dans un dédale inextricable. Les certitudes sont celles qu’on veut lui imposer. Gare à ceux qui ont la langue trop bien pendue !

 

Alfred Eibel

 

Actes Sud – Babel Noir, 317 p., 8,50 €.

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le février 18, 2011 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :