RSS

Antonello, Léonard de Vinci et moi, de François Cérésa

22 Jan

Le Quattrocento (le XVème siècle italien) se déploie sous la bannière du philosophe grec Protagoras : « L’homme est la mesure de toute chose ». C’est ainsi qu’il faut comprendre l’époque que François Cérésa fait respirer sous sa plume. Francisco Gelpi, son héros, sacré gaillard, vingt et un ans, originaire de Sicile, fringant comme un cheval de course, nous raconte l’art de conquérir les femmes et la peinture, dans un style dense et pressé qui évoque par moment Montluc. Cérésa n’y va pas par quatre chemins, aligne des faits singuliers, étranges, exceptionnels, dans un siècle d’haleine fétides, de cris à perdre la vie, de vapeurs rouges de sang. Avec Gelpi on viole, on torture, on boit, on empale, on trucide, on se forge un destin à la force de l’épée car on se doit de tuer pour ne pas être tué. Chaque sentiment, chaque mouvement, chaque rythme, chaque effusion, chaque effet plastique, complète la fresque que Cérésa organise devant nous. Les personnages sont au plus haut point virils. La peinture est un combat solitaire. Gelpi abandonne l’épée pour le dessin ; il met sa robustesse, sa solidité, son dynamisme, au service de la beauté ; on entre en beauté comme on entre en religion. Apparaît Mona. Gelpi entend une autre chanson. En substance, il n’y a pas à choisir, entre l’art et l’amour, entre une rude réalité et son rêve, entre un monde comme représentation et la représentation palpable de ce monde. Finalement tout est lié. L’art se crée debout.

Alfred Eibel

Plon, 152 p., 18 €.

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 22, 2011 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :