RSS

« Les Incivilités », d’Enzo de Pinchahua

27 Déc

Les incivilités
ou les confessions d’un centenaire sétois
Constate qu’on n’est bien servi que par soi-même.
Constate que les préjugés ont la vie dure.
Constate la prolifération des fausses valeurs.
Passe en revue ses souvenirs.
On peut dire d’Enzo qu’il est réac comme Léautaud,
misogyne comme Guitry, alcoolique comme Robert Giraud.
Enzo dépeint la France dans laquelle il ne se reconnaît plus,
une France où tout semble formaté.
Enzo fait songer au dadaïstes. Il se présente comme
l’instrument d’un grand travail de déblaiement, visant la ruine
de toutes les illusions artistiques, humanistes ; cela, dans une langue sacrément vivante, éruptive, une danse de Saint Guy, un enchantement pour le lecteur.

Alfred Eibel
« Les Incivilités », d’Enzo de Pinchahua, Editions du Dauphin Vert, 18,50 €.

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 27, 2010 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :