RSS

« Les Anonymes », de R. J. Ellory

11 Déc

Un tueur en série, une fois encore ! Quatre victimes par celui qu’on surnomme « le tueur au ruban ». Les inspecteurs Robert Miller et Albert Roth sont sur place lorsque Catherine Sheridan est retrouvée assassinée à son domicile. Miller et Roth sont déconcertés comme devant un ready-made de Marcel Duchamp. L’enquête tarde, tâtonne; la frayeur s’installe ; un doute subsiste : est-ce vraiment le domicile de la victime ? Aucun indice sur le lieu du crime, à croire que Catherine Sheridan venait d’emménager. On découvre qu’elle s’est installée sous une fausse identité. Du coup, les inspecteurs sont obligés de revoir leurs calculs. L’auteur du crime, ledit tueur en série, n’est peut-être que le bras armé d’un commanditaire; à moins que cela soit le résultat d’une décision du Bureau Fédéral d’Investigation. Tempête à Washington, sombre affaire dans laquelle on plonge jusqu’à l’asphyxie, de par la minutie, le soin, l’application avec laquelle R. J. Ellory dissèque l’affaire, on se croirait dans la série Les experts. Ne jamais perdre de vue que « le bien ne rapporte pas d’argent ». Il est conseillé à celle qui récolte des confidences d’un quelconque pouvoir de tenir sa langue. C’est pour n’avoir pas su tenir la sienne que Catherine Sheridan s’est retrouvée dans la position que nous lui connaissons. Il faut saluer l’immense talent de l’auteur, son extraordinaire habilité, à nous présenter l’affaire comme un schiste, c’est-à-dire comme une structure feuilletée.

Alfred Eibel

Sonatine, 688 p., 22 €

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 11, 2010 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :